Jour 34 – 19 Septembre: Summersville, MO a Hartville, MO – 97 km

Plusieurs fois, j’ai croisé des Crew sur des Harleys (généralement les Samedi et Dimanches, donc pas non plus les plus véners d’entre eux je pense)…

Souvent ils tendaient un bras, comme le ferait un cycliste pour indiquer un tournant, ce qui me frappait comme n’étant pas très viril et peu digne d’un vrai motard.

Et puis en y réfléchissant, vu qu’ils ne tournaient pas et allaient tout droit, j’ai compris qu’ils me saluaient, moi et ma monture.

Donc, j’ai du payer quelques vents à quelques motards…après avoir regardé les 6 saisons de « Sons of Anarchy », je ne suis pas trop fier…

Maintenant, quand ça arrive, je leve nonchalamment quelques doigts de mon guidon, c’est le geste qui compte…

Me and the Sons of Anarchy…

IMG_0525IMG_0526

Jour 32 – 17 Septembre: Farmington, MO to Ellington, MO- 125 km

Apparemment on arrive à la portion la plus difficile du parcours…

Mais après les Appalaches (presque) rien ne me fait peur, et quand on peut se lever avant le soleil, prendre une douche et partir sans devoir plier tente et bagages, effectivement on peut aller plus loin…

Je commence à comprendre, comment on fait pour arriver à faire plus de 150 km par jour…  

Ce n’est pas mon but, mais en attendant c’est un super départ et je bats mon record personnel…

 

Jour 31 – 16 Septembre: Chester, IL a Farmington, MO – 80 km

J’entends parler d’un endroit où on peut passer une nuit gratos, spécialement conçue pour les cyclistes, on donne ce que l’on veut.

En arrivant je récupère les clefs au poste de police, et je tombe des nues quand je vois l’endroit.

Même si la télévision et l’air climatisé me laissent de glace, il faut avouer que c’est bien foutu, on peut cuisiner, faire sa lessive, prendre une douche…

Finalement, le don s’avère être bien défini, et je paye les 20$ en râlant, mais uniquement parce que je suis un gros radin, c’est objectivement un super endroit et je passe une très bonne nuit…

 

 

Jour 30 – 15 Septembre: Carbondale, IL to Chester, MO- 104 km

Le lendemain, j’avoue que j’ai du mal à décoller…

Je me lance dans une mission remplissage d’I-Pod, de transfert de vidéos, de téléchargement de podcasts…

Combiné avec un petit déjeuner et une autre douche, il est midi quand je décolle enfin…

J‘arrive jusqu’à Chester, ville de naissance de l’auteur de Popeye…

Et tout, de l’Hotel de Ville, aux bâtiments officiels, aux statues est à l’honneur du marin, d’Olive et des autres…

IMG_0403

Jour 29 – 14 Septembre: Goreville, IL to Carbondale, IL- 80 km

Après un mois sur la route, je parviens enfin à arranger un warmshower  (le couchsurfing des cyclistes)…

les quelques fois ou j’ai essayé auparavant n’ayant pas aboutis pour diverses raisons (je n’ai pas trop insisté non plus, j’aime trop le camping)…mais cette fois c’est bon…

Apres un mois sans douche, seulement des rivières, des averses et les toilettes des Fast-Foods, j’avoue que ça fait quelque chose.

Jack m’emmène ensuite dîner dans un resto bio et j’ai même l’opportunité d’interpréter Like à Rolling Stone dans le bar d’a coté…

IMG_0140

Piano_Teaser_1

Pour la version vraie, c’est par ici: Like a Rolling Stone (Bob Dylan Cover)

Quatrieme Semaine – Kiff et du bien ou elle passe

Une semaine tranquille en somme où je prends mes habitudes, trouve ma petite routine et continue d’explorer les multiples facettes de ce pays démesuré.

Je commence à mieux gérer mon vélo, l’effort et l’orientation.

En bref, je commence à vraiment prendre mon pied sans retenue.

 

La chanson de la semaine:

Satyagraha

Phileas_pola_04

Elle est encore en production, et je n’aime pas mettre en public des chansons non finies.

Mais vous avez été tellement nombreux à me la réclamer depuis si longtemps…

A vous de voir si vous voulez vous habituer à cette version ou attendre le produit fini…

 

Jour 28 – 13 Septembre: Herod, IL a Goreville, IL- 80 km

Les choses dont je ne pensais pas avoir besoin et qui se sont avérées indispensables:

Les sacoches Ortlieb: Parce que même si tout le reste s’aménuise, se désintègre et casse à un moment ou à un autre (Vélo, Tente, Moral) eux restent indestructibles et imperméables…

Liseuse Kobo: c.f ma routine de lecture. Et puis elle fait dictionnaire, peut contenir une bibliothèque entière, pèse 500 grammes, à une batterie inépuisable et je n’ai pas besoin d’une frontale pour lire la nuit dans ma tente. J’était sceptique, je suis converti…

Ma poche d’eau: Parce que si je devais m’arrêter à chaque fois pour boire, je serais encore à Washington.

Chargeur: Il m’évite de passer mes journées dans les Fast-Foods à recharger mes appareils et me sauve quand c’est le désert de civilisation.

Mon I -pod: c.f ma routine I-pod

Et toutes les petites choses comme: le pantalon confortable pour sortir des caleçons rembourrés de cycliste (merci le Kamel), les chaussettes en laine (merci la marraine), le couteau (merci le papa) et le reste…

IMG_0387

Jour 27 – 12 Septembre: Clay, KY a Herod, IL- 84 km

Des choses dont je pensais avoir peut-être besoin, et qui ne servent à rien:

Des lampes devant et derrière. Vu les bagages que je trimballe, elles ne sont visibles et utilisables que lorsque je me suis arrêté et j’ai dépouillé le Velo…pratique…

Des vêtements pour une semaine: je porte les mêmes trois fringues tous les jours…

Anti-venin et tablettes pour purifier l’eau: bon, je vais attendre la Death Valley avant de m’avancer définitivement la-dessus…

IMG_20150901_181417

Jour 24 – 9 Septembre: Bardstown, KY a Sonora, KY – 100 km

Ma routine de lecture:

Pause Petit-dej: Livres portugais sur ma liseuse. Qui fait aussi dico. J’y reviendrais…

Soir: J’ai commencé par Sylvain Tesson Dans les forêts de Sibérie. Une lecture parfaite, stimulante, avec une réflexion constante sur la solitude, le besoin de mouvement et l’abandon de la société.
Ensuite je me suis mis a une série de fantasy, Mistborn, moins stimulant intellectuellement mais bien divertissant. Et j’avoue qu’apres après 90 kilomètres quotidiens cela fait du bien aussi.

J’ai également pris Mark Twain (Roughing it), John Muir (My first First Summer in the Sierra) et Edward Abbey (Desert Solitaires: A season in the Wilderness). J’espère que j’aurais le temps de les lire (j’attends de traverser le Mississippi pour Twain et la Californie pour Muir) mais dans tous les cas j’ai de quoi voir venir…

IMG_0438

Jour 23 – 8 Septembre: Lancaster, KY a Bardstown, KY- 100 km

Ma routine I-Pod:

Tôt le matin: Musique classique. C’est relaxant et pas trop agressif, mais ca couvre quand même le bruit du trafic. Dans l’ordre, mes préférés: Vivaldi, Bach et Schubert…

Matin: Cours de Portugais: Je me suis dit qu’autant faire, j’allais profiter du temps que j’avais sur la route. Ce n’est pas terrible les méthodes de langues, mais c’est un bon début. Les gens doivent me prendre pour un fou, tout suant dans les montées, crasseux et marmonnant en Portugais sous ma barbe.

Début d’après-midi: Audiobooks Portugais. Jusqu’ici, Le petit Prince, Harry Potter 6, L’Alchimiste et Capitaes da Area. Le petit Prince parce que je le connais bien et que je l’ai utilisé pour d’autres langues, Harry Potter parce que c’est facile, L’Alchimiste parce que je dois avouer honteusement que c’était le seul auteur Brésilien que je connaissais derechef. Et le dernier, trouvé au fil de recherches longues et laborieuses, est une sorte d’Oliver Twist brésilien.

Après-Midi: Mode Shuffle. Pour me redonner la pêche et me motiver. Coups de coeur: Casadega (Bright Eyes), The Suburbs (Arcade Fire), Whispers (Passenger).

Fin d’après-midi: Podcast. Les pieds sur terre de France Culture (si j’ai un peu de nostalgie de la France), des Ted Talks ou Wait, Wait dont tell me…

Source : http://www.cordial-enligne.fr/index.php#ixzz3oU0B6Kws
IMG_0378

Jour 22 – 7 Septembre: McKee, KY a Lancaster, KY- 90 km

Après une après-midi d’hésitation et de calculs, je décide de ne pas tenter le diable, de faire l’impasse sur Nashville et Memphis et de revenir au parcours predéfini…

Je reprends donc, retrouve un rythme et une routine, ce qui est beaucoup plus facile a faire quand on n’est pas obligé de lutter toute la journée contre nature…

A photo posted by Phileas (@phileasmusic) on

Troisième Semaine – Ascension Danger

Et ainsi se termine la plus difficile des semaines…

Comme je ne suis pas excessivement finaud, tout juste sorti de ce calvaire, je me retrouve à envisager sérieusement de ne pas rejoindre l’itinéraire tracé par l’Adventure Cycling Association, mais plutôt d’essayer de me frayer un chemin vers Nashville (quelques 400 kilomètres au Sud) et Memphis.

Après des heures de recherches et de calculs, soupesant le pour (pouvoir écouter Graceland à fond les ballons sur la route de Memphis) et le contre (il n’y a pas de pistes cyclables dans cette partie du Tennessee, je n’ai pas de GPS, je devrais retraverser les Appalaches) je décide de la jouer sécu. Pour paraphraser Albert:

« La folie, c’est de répéter toujours la même action et de s’attendre à des conséquences différentes. » Et je m’y connais en actions, en conséquences et en folie…

En espérant que ma carrière musicale ne suive pas le même cheminement, voici la chanson de la semaine:

Cassiopea (A fine Balance)
Phileas_pola_01

Autant Song for a Newborn peut s’écouter comme un chant d’accueil universel adressé à tous les nouveau-nés, autant cette chanson, dans la même thématique et écrite en même temps, s’adresse de manière plus personnelle à une certaine petite fille…

Jour 20 – 5 Septembre: Jeff, KY a Manchester KY- 70 km (+ 40 km en autostop)

J’ai l’impression d’avoir laissé le pire derrière moi, et les montées sont un peu moins nombreuses et atroces. Mais mon GPS est toujours aux abonnés absents et c’est ainsi que je me retrouve à l’entrée d’un Higway devant un panneau qui annonce l’interdiction aux cyclistes de l’emprunter. J’hésite, mais l’idée de devoir faire demi-tour, trouver Internet, un nouvel itinéraire et la force de faire tous ces kilomètres en plus ne me parle pas trop. Comme c’est un dimanche et qu’il y’a quasi personne, j’y vais. Une demi-heure plus tard un couple s’arrête avec son pick-up et me propose de m’emmener jusqu’à Manchester. J’hésite, mais décide sagement d’arrêter les conneries et de dégager de l’autoroute. Quelques kilomètres plus loin nous passons une voiture de Police et j’échappe à une belle amende (ainsi qu’un trajet peu plaisant, bien pentu et atrocement chaud. Merci Eddy et Suze…)

Quand ils me laissent, je me paume promptement, rajoutant 20 kilomètres pour rejoindre Manchester…ou je crève troi fois de suite…Justice divine diront certains…

IMG_20150906_161942

Jour 19 – 4 Septembre: Pound, VA a Jeff, KY – 91 km

Donc, il s’avère que j’ai traversé les Appalaches sans le vouloir. Pas un itinéraire adapté aux vélos et plus difficile que les pires étapes de l’itinéraire initial (même avec les montagnes du Missouri et les Rockys).

Mais il s’avère aussi que j’ai suivi le « Crooked Old Road », un parcours d’Héritage musical de la Virginie, donc musicalement on va dire tout, cela se justifiait…

IMG_20150906_152629

Jour 18 – 3 Septembre: Cleveland, VA a Pound, VA- 81 km

Je dois avouer qu’aujourd’hui j’ai failli craquer. Devant l’interminable succession de cols et d’Highways sans fin j’ai mis le pied-à-terre et j’ai timidement levé le pouce. Heureusement pour l’intégrité générale, personne ne s’est arrêté (je n’ai pas non plus trop insisté, je n’étais pas fier…)

Du coup, j’ai dû me remettre en selle et aller au bout de moi-même…

IMG_20150817_121056

Jour 16 – 1er Septembre: Whyteville, VA a Damascus, VA – 94 km

Et je me retrouve dans des montées sans fin, sur des Highways interminables, sous un soleil de plomb. Apparemment, d’après ce que j’entends à la radio dans une des rares stations-service sur la route, il fait tellement chaud que les gamins finissent l’école plus tôt. Je suis ravi pour eux. Moins de ne pas savoir pourquoi et combien de temps, je vais me retrouver en mode « maillot à pois du Tour de France ».

IMG_0341

Jour 15 – 31 Aout: Christianburg, VA a Whyteville, VA – 86 km

Comme je l’ai mentionné précédemment, je n’étais pas conquis par l’itinéraire de l’Adventure Cycling Association, les kilomètres qu’ils me rajoutaient alors que j’avais l’impression de passer le plus clair de mon temps sur des départementales et des Highways. J’ai la fâcheuse tendance à ne pas suivre les conseils, même ceux qui viennent de sources mieux informées et bienveillantes. Donc après Washington, je prends la décision de dévier du parcours tracé. Malheureusement, c’est le moment ou internet et mon GPS m’a lâché.

Et tout d’un coup les bleds deviennent plus petits, plus espacées et plus « montagneux ».

Source : http://www.cordial-enligne.fr/index.php#ixzz3np596ooh
IMG_20150904_154239

Deuxième Semaine – La route in mode tranquille

Cette deuxième semaine aura été beaucoup plus calme, je commence à trouver mon rythme, mes habitudes, ma routine. Bon je ne fais pas non plus feu de tous les cylindres, mais c’est pas facile de dépasser les 100 km quotidiens chargé comme un pousse-pousse Vietnamien en livraison de riz.

Et le but n’est de toute manière pas d’aller vite, mais loin et avec un effort constant, faire moins de kilomètres par jour, mais prendre moins de jours de repos…

et puis évidemment quand les choses se passent bien, je me dois d’y remédier et de remettre les pendules à l’heure…Comme va le démontrer la troisième semaine…

 

En attendant, musicalement, voici la chanson de la semaine, le premier extrait de ce nouvel album Américain, pour lequel je traverse les États-Unis:

Song for a newborn

Phileas_pola_01

C’est une chanson écrite pour ma nièce, mais qui peut s’écouter comme un chant de bienvenu pour tous les nouveau-nés qui entrent dans ce monde qui bientôt leur appartiendra…

Jour 14 – 30 Aout: Daleville, VA – Christianburg, VA – 104 km

Bientôt je ny prêterai plus attention, mais pour l’instant la clientèle des Fast-Foods m’intrigue toujours.

Quand je les vois se faire servir des énormes menus par des employés obèses en parvenant à peine à marcher et en difficulté pour respirer, je suis choqué.

Mais c’est juste ma vision personnelle et extérieure, et au final, ils doivent être aussi choqué de nous voir agglutinés dans les rues a griller nos clopes….

À chacun son poison…

 

A photo posted by Phileas (@phileasmusic) on

Jour 12 – 28 Aout: Charlottesville, VA – Lexington, VA – 96km

Malgré l’aversion naturelle que j’ai pour les Fast-Foods et la consommation de masse, il se passe quelque chose d’intéressant et quelque peu schizophrène au fur et à mesure que j’avance dans les contrees moins peuplées de l’Amérique. Je me dis que les Fast-Food sont indispensable, ou pourrais-je me mettre au frais, manger, faire ma lessive, ma toilette, recharger mes appareils électroniques et avoir Internet pour 1$70?

Mais si je suis honnête, les Librairies Américaines font aussi l’affaire (même si l’on ne peut pas y manger et que c’est plus difficile d’y faire sa lessive et sa toilette.) Mais la vérité est que je commence à avoir envie de mon énorme verre d’Iced Tea sucre après quelques heures de vélo.

Et de même pour les Wal-Mart, Walgreens et co. Ils sont dégueulasses à voir, ils représentent tout ce que je déteste, mais après une journée dans le trou du cul du monde, je ne peux m’empêcher de jubiler en les voyant. Si je veux manger autre chose que du gros steak de boeuf de Station Service et m’alimenter de façon a peu près saine (voir bio), c’est malheureusement la qu’il faut que j’aille. Le paradoxe de notre époque.

A photo posted by Phileas (@phileasmusic) on

 

 

Jour 11 – 27 Aout: Stubbs, VA – Charlottesville, VA – 88km

Je me rends compte que malgré l’exercice physique quotidien et l’attention que je porte à me nourrir à peu près sainement, je succombe aux douceurs de l’Amérique. Mon corps devient tout fou, mes cellules me haranguant pour leur lot de sucres quotidien, quelque chose qui ne m’était jamais arrivé auparavant. Après une maxi-boisson de the sucrée de chez Subway, il me faut quelques heures et des dizaines de kilomètres pour calmer l’euphorie saccharine.

Je comprends mieux leurs problèmes d’Obésité et de diabète….Comment se faire sucrer son bon sens…

A photo posted by Phileas (@phileasmusic) on